• fr
  • de

Compte-rendu de l’atelier sur l’enneigement du massif des Vosges

L'atelier débat sur les effets du changement climatique sur l'enneigement du Massif des Vosges s'est déroulé le 29 mars au CREF de Colmar. Organisé par Alsace Destination Tourisme et la CCI Alsace Métropole, il présentait les répercussions du changement climatique sur l'enneigement des Vosges et les possibles stratégies d'adaptation.

 

 

Premiers signaux du changement climatique dans le Massif des Vosges

Pour cette première intervention, Bruno Vermot-Desroches, chef du Centre Météo France de Besançon et référent neige pour le Jura et les Vosges, a présenté les évolutions climatiques dans ces deux massifs montagneux au cours des années passées. Les courbes d'enneigement présentées ont permis de mettre en évidence la variabilité naturelle qui existe au niveau de l'enneigement, puisque l'on pouvait constater que tous les hivers différaient les uns des autres, tantôts froids ou modérés, tantôt précoces ou tardifs. Brunot Vermot-Desroches a ainsi souligné la difficulté d'obtenir des données représentatives liées à l'enneigement compte tenu de ces variations météorologiques, mais également en raison de l'influence de la zone étudiée (à l'abri du vent et du soleil ou à découvert) et du manque de continuité dans la prise des mesures.

Malgré ces difficultés pour établir une évolution climatique, des tendances ont pu être identifiées. Par exemple, le nombre de jours d'enneigement est resté relativement le même de 1880 à 1990, mais il a commencé à réduire après 1990. Il est également à noter que le réchauffement dans les zones de montagnes est environ deux fois supérieur au réchauffement moyen. Actuellement, il semblerait que le Massif des Vosges descende d'un centimètre par jour, soit d'environ 400 mètres sur l'échelle d'un centenaire.

 

Projections climatiques des conditions météorologiques dans les Vosges

La seconde intervention, menée par Nicolas Eckert, Ingénieur à l'IRSTEA Grenoble et au Centre d'Études de la neige de Grenoble, et Florie Giacona, chercheuse à l'Institut des Sciences de l'Environnement, portait sur les statistiques recueillies dans le passé et sur les projections climatiques futures. Ces projections se font à l'aide de modélisations numériques des domaines skiables et de leur enneigement en tenant compte des pratiques de gestion, et de scénarii d’évolutions qui correspondent à différentes évolutions sociétales.

 

différents scénarios d'évolutions sociétales

 

Plusieurs modèles ont été introduits, tels que le Modèle Safran qui permet de calculer les évolutions de la neige, ainsi que le Modèle ISBA-Crocus qui est connecté au Modèle Safran mais tient compte de l'exposition et des échanges thermiques avec le sol. La Méthode Adamont (Météo France IRSTEA) qui est une approche multi-modèles et multi-scénarios a également été exposée.

 

Télécharger la présentation de F.Giacona et N.Eckert 

 

Le tourisme de neige en Forêt Noire : adaptations au changement climatique

Pour terminer l'atelier, Nicolas Scholze, Géographe à l'Université de Fribourg, a présenté une étude de cas des conséquences du changement climatique sur le tourisme de neige en Forêt Noire.

Évolution climatique en Forêt noire

D'après des études sur l'évolution climatique dans la partie sud du Rhin supérieur, on peut constater que les températures ont augmenté depuis le 20e siècle, mais également que les précipitations hivernales sont de plus en plus nombreuses, que le nombre de jours de gel a diminué, et que la durée d'enneigement a baissé de 20 à 50%, en particulier dans les altitudes basses et moyennes.

Ces changements climatiques ont un impact négatif sur le tourisme de neige puisqu'ils entrainent un raccourcissement de la saison des sports d'hiver. Or le tourisme de neige joue un rôle important dans le Feldberg qui a une longue tradition de sports d'hiver puisqu'il s'agit du plus ancien domaine skiable d'Allemagne, de  réputation internationale (coupe du monde de saut de ski Hinterzarten, coupe du monde de snowboard etc.)

Entretiens sur la sensibilité au changement climatique

Dans le cadre de Clim'Ability, L'équipe de l'Université de Freibourg a mené une série d'entretiens dans la Forêt Noire et dans les Vosges afin d'identifier les impacts du changement climatique sur l'organisation des stations de ski. Ces entretiens ont été effectués à l'aide d'une checklist standardisée sur les aléas climatiques (froid, neige, orages etc.) et les domaines exposés (logistique, ventes, gestion etc.). Les résultats montrent que dans l'ensemble, les participants perçoivent bien leur sensibilité au changement climatique, mais à des degrés différents. Les analyses ont permis d'établir des chaînes d'impact associant les aléas climatiques, les domaines exposés et les conséquences possibles.

Chaîne d'impact

Adaptations au changement climatique en Forêt Noire

Face aux aléas climatiques, les stations de la Forêt noire ont mis en place diverses mesures d'adaptation. Il s'agit d'une part de mesures techniques, par exemple l'enneigement artificiel avec des canons à neige, mais qui nécessite des infrastructures supplémentaires et de grandes quantités d'eau, et qui dépend de la température. Certaines stations installent également de nouvelles infrastructures telles que des télésièges, des téléphériques ou des télébobs.

Parmi les mesures mises en place, on note également des adaptations managériales, telles qu'une diversification de l'offre avec la création d'activités indépendantes de la neige comme l'accrobranche, les randonnées d'hiver, la luge d'été, ainsi que la mise en place d'une coopération en réseaux locaux et d'une flexibilisation du temps de travail.

Télécharger la présentation de Nicolas Scholze

Stratégies d'adaptation et diversification de l'offre

À l'issue de cet atelier débat, plusieurs représentants des stations de ski ont pu partager leurs stratégies pour s'adapter au changement climatique. On peut notamment citer le damage, qui permet de rendre la neige plus compacte et moins sensible à la fonte, la neige de culture, l'utilisation de paraneiges contre le vent ou encore le stockage de la neige. Même si la neige reste l'atout principal des stations d'hiver, les conclusions de l'atelier ont montré l'importance de diversifier l'offre des stations d'hiver, afin  de pouvoir anticiper et proposer, à long terme, des activités indépendantes de la neige. Toutefois, en réalité même si les stations d'hiver tentent de se diversifier, l'administration et les services de l'État constituent actuellement un obstacle face à cette diversification. L'atelier du 29 mars s'est déroulé à la veille de la mise en place de la nouvelle stratégie du Massif des Vosges qui sera valable 5 ans, tandis qu'en parallèle le schéma régional du tourisme et des loisirs de la région Grand Est était voté à Metz. Face au besoin d'accompagnement de la part des services de l'État, le moment est opportun pour proposer des recommandations et mobiliser les acteurs du tourisme de neige.

 

Revue de presse

 

Lire l'article du 20 minutes

 

Lire l'article de l'Alsace

 

Rétrolien depuis votre site.

 
Interreg V
FEDER-EUROPEENNE
Confédération Helvetique
Kanton Basel-Stadt
 
 

Partenaires cofinanceurs / Mitfinanzierende Partner

  • CCI Alsace
  • INSA Strasbourg
  • Météo France
  • TTRION-Climate
  • Université Freiburg
  • Université de Haute Alsace
  • Université Koblenz Landau
  • Université de Lausanne

Partenaires associés / Assoziierte Partner

  • DWD
  • Institut pour la technologie et le travail
  • Kompetenzzentrum fur Klimawandelfolgen - Rheinland-Pfalz
  • Technische Universitat Kaiserslautern
 
Dépasser les frontières, projet après projet / Grenzen überschreiten, Projekt für Projekt